À propos

Ce blog va vous aider à décrypter les nouvelles tendances web Social Media. Il va vous permettre de comprendre en quoi elles peuvent vous être utiles dans votre marketing et votre communication sur internet.

En savoir plus

Rechercher

Suivez-nous

Mediaventilo

Twitter update

> Archives pour le tag ‘Définition’

2 mai 2011
Pin It

Formation Community Manager : quelles compétences développer ?

Infographie Community Manager

Voici quelques caractéristiques essentielles à développer chez le Community Manager, notamment dans le cadre de formations Community Management.

Polyvalence et Adaptabilité
Le Community Manager doit assurer plusieurs tâches et doit pouvoir faire face à des publics (internes ou externes) différents.

Il doit pouvoir se remettre en question et se mettre à la place de sa communauté et de son entreprise pour mieux appréhender l’intérêt de ses actions. Il doit animer ses espaces en fournissant des contenus pertinents.

Curiosité et Empathie
Le community manager doit connaître et comprendre parfaitement le monde dans lequel il évolue et ne pas hésiter par conséquent à en explorer les recoins.

Il doit être sur le qui-vive et à l’affût de l’information. Sa veille doit être constante, car il doit appréhender le plus rapidement possible les opportunités et les crises à venir.

Il doit faire preuve de curiosité envers les nouveautés, les tester et savoir s’adapter rapidement.

Autonomie et Réactivité
Le community manager doit faire preuve d’indépendance, d’initiative et agir rapidement et sereinement quand il le faut. Il doit pouvoir parler au nom de la marque et donc connaître le domaine dans lequel il intervient. Il doit aussi comprendre l’entreprise qu’il représente, sa culture, ses attentes.

Pour autant il ne doit pas être totalement livré à lui-même, mais doit au contraire faire partie d’un tout.

Communication et Diplomatie
Le community manager doit communiquer aussi bien en interne qu’en externe pour savoir ce qui se passe dans l’entreprise et pouvoir en faire part à sa communauté. Il doit aussi être capable de faire remonter les récriminations de la communauté vers les différents services de l’entreprise.

Il doit donc savoir faire preuve de tact et de diplomatie.

Désintéressement et Dévouement
Le community manager est le représentant de la marque, sa voix sur les réseaux sociaux. Il est là pour animer une communauté et être au service de celle-ci.  Il doit donc savoir mettre en avant la marque, mais aussi et surtout les membres de sa communauté.

Transparence et Abnégation
Le community manager est chargé de construire des relations durables avec la communauté à travers les espaces participatifs (forums, blogs, réseaux sociaux) qu’il anime. Il doit donc être honnête avec sa communauté et savoir reconnaître ses erreurs et celles de l’entreprise.

Une relation de confiance doit donc naitre entre le community manager et sa communauté.

Écoute et Ouverture d’esprit
Le CM est le porte-parole de la marque mais aussi l’interlocuteur principal de la communauté sur les réseaux sociaux. Il doit donc être constamment à l’écoute de ce que l’on dit sur l’entreprise, réagir rapidement s’il le faut, mais toujours rester ouvert d’esprit, car il n’a pas la science infuse.

Si l’écoute peut être comprise comme une pratique de veille il s’agit également de l’écoute portée à la communauté : les avis, les critiques, les propositions …

Maîtrise du français et bonne Culture générale
Le community manager parle au nom de la marque et doit donc être digne de la marque. Il doit donc maitriser le français et sa grammaire, mais aussi avoir une culture générale suffisante pour pouvoir faire face à des publics différents.

Humour et Créativité
L’humour a de nombreuses vertus :
–  il permet de désamorcer des situations difficiles,
– il fait réagir,
– il peut aider à humaniser la marque,
– il crée de l’affinité, permet le rapprochement,
– il cimente les liens entre les membres de la communauté.
L’humour est une arme que le community manager doit savoir manier.

Enfin, étant amené à produire des contenus régulièrement, le community manager doit savoir se renouveler et trouver à chaque fois les bonnes thématiques, les bonnes accroches, les bonnes idées pour avoir un contenu toujours plus engageant.

Prochaines formations :

Si la formation community management et marketing sur les réseaux sociaux vous intéresse, vous pouvez accéder à plus d’information

16 juin 2008
Pin It

Social media communication, social media optimisation et Social media marketing

Press Releases Must be EuthanizedLa communication internet s’est longtemps résumée à la création d’un site dédié avec éventuellement son animation. Or, les usages des internautes ont évolué de façon conséquente au cours des dernières années avec notamment l’émergence des pratiques 2.0 et l’explosion des contenus générés par les utilisateurs (CGU).

Ainsi d’un point de vu marketing il n’est aujourd’hui pas choquant de dépenser plus de ressources pour faire voir son site que de ressources pour le créer. Si on pousse le résonnement un peu plus loin, on peut se poser la question de l’utilité de créer son propre site internet alors qu’il existe des sites à fortes audiences prêts à accueillir sa communication web.

La communication sur les médias sociaux ou « social media communication »

Les objectifs d’une opération ou d’une stratégie de communication sur les médias sociaux peuvent être divers, mais il s’agit avant tout de fédérer une communauté autour de sa communication et pour cela il est capital d’être en mesure de partager avec cette communauté. Il peut s’agir d’informations ou plus spécifiquement de médias (vidéos, son, images …). La stratégie servira à déterminer 4 points précis :

  • Quoi partager (quelles infos, quels médias)
  • Avec qui partager (quels services, quels réseaux, quelles communautés)
  • Comment partager (quels sont les moyens, les outils, les processus mis en œuvre)
  • Quand partager (quel est le planning)
  • Pourquoi partager (quels sont les objectifs)

Tous ces points disent certainement quelque chose à ceux qui ont fait un peu de communication ; la différence avec les théories de base est ici le terme « partager ». Car c’est bien de cela dont il s’agit … La notion de partage est au centre de toute stratégie de communication sociale.

L’optimisation par les médias sociaux ou « social media optimisation » (SMO)

Tout comme l’optimisation pour les moteurs de recherche (Search engine optimisation), une démarche de « social media optimisation » vise à utiliser toutes les formes de promotions « web2.0 » d’un contenu (RSS, blogs, syndication, réseaux sociaux, Widgets …) pour augmenter sa visibilité. Une telle démarche est en fait complémentaire et bénéfique à une opération de « search engine optimisation » mais ne convient pas forcément à tous les contenus.

Le marketing sur les medias sociaux ou « social media marketing »

Là, l’objectif est bien sûr d’optimiser le potentiel commercial d’un produit grâce aux pratiques d’optimisation et de communication sur les réseaux sociaux. Le but ultime étant de faire d’une communauté des prescripteurs auprès de leurs propres communautés.

L’erreur est ici de croire que les stratégies de « social media marketing » sont équivalentes aux stratégies traditionnelles et qu’elles peuvent s’appliquer à toutes les sortes de produits ou de marques… Car ce n’est pas le cas.

Creative Commons License photo credit: b_d_solis

29 avril 2008
Pin It

Une définition pour le screencasting et les screencasts

Un screencast est une capture vidéo d’écran accompagnée le plus souvent de commentaires audio permettant notamment de décrire l’action réalisée ou d’expliquer des concepts s’y rapportant.

On parle aussi de démonstrations vidéos, de démos vidéos ou de tutoriaux vidéos. Les screencasts sont notamment utilisés pour expliquer l’utilisation d’un service internet ou d’un logiciel. Ils sont particulièrement utilisés à des fins de elearning puisqu’ils permettent de suivre les étapes d’une manipulation en ayant le contrôle sur son déroulement.

Les sites relationnels de partage vidéo (du type youtube) ont popularisé l’utilisation du média vidéo en ligne et ont donné la possibilité à des particuliers de produire et de diffuser du contenu vidéo. Ainsi, on trouve de nombreux screencasts réalisés par des amateurs sur les blogs ou les sites de partages vidéo.

De leurs côtés les éditeurs de contenu en ligne trouvent dans le screencasting une nouvelle façon de présenter leurs services et de guider leurs visiteurs.

Voici quelques exemples d’utilisation de screencasts :

  • Démonstration d’un service web
  • Démonstration d’un logiciel
  • Promotion sur les sites de partage
  • E-learning
  • Conversation vidéo
  • Dépannage
  • FAQ vidéo
  • Chronique thématique
  • Présentation de séminaires ou conférences

Les screencasts se sont également développés et popularisés dans le sillage du podcasting vidéo. Si les screencasts ne sont pas directement liés au concept de podcast, le suffixe ‘cast’ est emprunté au terme ‘broadcast’ et signifie ici (comme pour le podcasting) que ces vidéos peuvent parfois être reçues automatiquement à partir d’un agrégateur vidéo grâce à un flux RSS. Ainsi, Itunes propose un certain nombre de vidéos à recevoir et à transférer sur son baladeur MP3.

Les avantages et les inconvénients

Les avantages du screencasting semblent évidents : une clarification de l’explication par l’image et le son. Il s’agit d’une démonstration ou d’une leçon particulière que l’on peut stopper et reprendre à l’envie.

Il peut ainsi en résulter un gain de temps dans la compréhension d’un sujet. Mais, la consommation de ce format peut également aboutir à une perte de temps si le réalisateur ne fait pas preuve de rigueur, car il est toujours plus long de regarder une vidéo que de lire simplement le texte s’y rapportant. Un screencast bien réalisé représente donc un apport plus qualitatif que quantitatif : prendre plus de temps pour mieux comprendre.

Le gros inconvénient du screencasting est d’une part son manque de scannabilité et d’autre part sa difficulté à être correctement référencé par les moteurs de recherche. L’image et le son ne sont toujours pas facilement indexables. Ainsi la recherche d’une information « screencastée » et particulièrement compliquée et peu efficace. Aussi les bonnes pratiques mentionnent-elles de toujours accompagner un screencast de mots clés, résumé, plan voir d’une transcription du texte dans son intégralité.

Quelques exemples de screencasts :