À propos

Ce blog va vous aider à décrypter les nouvelles tendances web Social Media. Il va vous permettre de comprendre en quoi elles peuvent vous être utiles dans votre marketing et votre communication sur internet.

En savoir plus

Rechercher

Suivez-nous

Mediaventilo

Twitter update

> Archives pour le tag ‘web 2.0’

5 décembre 2008
Pin It

Tellement vrai !

goodfastcheap-20081205-183926.jpg

Que ce soit en tant que client ou comme fournisseur j’aime bien me rappeler cela régulièrement dans le cadre d’une gestion de projet  ;-)

15 octobre 2008
Pin It

10 règles pour votre stratégie social media marketing

De plus en plus de marques souhaitent développer leur présence sur les médias sociaux et c’est une bonne chose, car c’est sur ce terrain qu’elles vont pouvoir toucher leur cible en lui apportant de la valeur ajoutée.

Pour optimiser l’efficacité d’une stratégie sur les réseaux sociaux, il faut garder à l’esprit un certain nombre de règles qui contribueront au succès de cette stratégie :


View SlideShare presentation or Upload your own. (tags: social media)

  • REGLE 1 : Identifiez précisément des pôles d’audience pertinents pour la marque : où se réunissent vos clients, prospects et prescripteurs sur la toile ? Quels réseaux sociaux ? Quels blogs ? Quels sites de partages ? Quels groupes ? Quels forums ?
  • REGLE 2 : Mettez l’intérêt de l’internaute au cœur de votre communication : quels sont ses besoins et que pensez-vous lui apporter ?
  • REGLE 3 : Outillez vos prescripteurs et mâchez-leur le travail de promotion : quels outils pour véhiculer quel contenu ? Quel type de contenu pourra-t-il facilement reprendre sur ses espaces personnels ?
  • REGLE 4 : Mettez en place, recensez, gérez des processus de feedback : comment récupérer les avis, les commentaires, les retours ? Comment les valoriser ?
  • REGLE 5 : Prenez votre temps : une stratégie cohérente peut mettre du temps à se développer. Ne lancez pas d’opérations ambitieuses trop en amont si vous voulez en maximiser l’efficacité.
  • REGLE 6 : Soyez régulier : maintenez un flux régulier envers votre communauté. Trouvez le bon équilibre pour ne pas être oublié et ne pas lasser non plus.
  • REGLE 7 : Ne vous dispersez pas. Soyez visible uniquement là où cela est nécessaire. La visibilité pour la visibilité n’est pas un objectif marketing… Vous voulez faire du buzz, très bien ; mais quel est précisément l’objectif final ?
  • REGLE 8 : Pensez le e-marketing de manière globale : une stratégie « social media marketing » se construit conjointement à une stratégie web marketing traditionnelle solide : « Ne pas mettre la charrue avant les bœufs » ni « oublier les roues au carrosse » !
  • REGLE 9 : Restez toujours loyal, sincère et transparent au sein de la communauté que vous avez créée ou dont vous faites partie.
  • REGLE 10 : Analysez les retours pour affiner la stratégie. Une stratégie de social media marketing a besoin d’être continuellement affinée dans ses discours, ses outils et ses actions

J’espère que ces points vous ont donné des axes pour lancer ou optimiser votre présence sur les médias sociaux. N’hésitez pas à faire part de vos feedbacks en commentaire ou ici.

8 septembre 2008
Pin It

Navigation astucieuse pour des produits culturels

zoomibook-20080908-133312.jpg

Au cours de mes pérégrinations dans des librairies en ligne ou des disquaires en ligne j’ai très souvent regretté l’expérience utilisateur que je pouvais avoir dans une librairie ou chez un disquaire physique : à savoir, parcourir du regard une quantité de références classées par type puis par auteur ou artiste.

Les couvertures et les pochettes sont en effet un système de navigation intuitif permettant des découvertes et des associations intéressantes.

Si les services en ligne proposent des avancées indéniables (du type recherche, recommandation ou « smart list ») , il faut bien dire que la navigation transversale et le survol d’une grande quantité de références n’est pas aisé au travers des listes paginées que présentent la plupart des sites marchands.

Le site zoomii books propose une déclinaison intéressante du « look and feel » google map en permettant de parcourir des couvertures de bouquins qui sont reliés à un système d’affiliation Amazone. Maintenant je rêve de cela pour les disques …

8 mai 2008
Pin It

Screencast : Comprendre les widgets

 

TRANSCRIPTION : Les widgets sont de mini applications web dynamiques et exportables qui contrairement aux sites internet classiques, n’ont pas d’adresse spécifique et peuvent se trouver sur toutes les pages ou l’on aura décidé de les insérer. Ainsi, on pourra placer des widgets sur un blog, un profil de réseau social, une page d’accueil personnalisée ou tout autre site. Ce format participe ainsi au phénomène de « déportalisation », qui tend à dissocier le contenu d’une URL particulière.Au-delà des widgets présents sur les sites internet il est possible d’utiliser des widgets directement sur les systèmes d’exploitation. Ce sont alors de petits modules autonomes qui se connectent au réseau pour afficher leurs informations (on parle de widgets de bureau)

Les applications proposées au sein des widgets peuvent être très diverses : jeux, quizz, fil d’actualité, vidéo, player audio, mini sites, magasin en ligne, slideshows, utilitaires divers…

La duplication du module est simple, car au sein même du widget une option permet de récupérer un fragment de code HTML qui une fois copié/collé dans le texte de sa page permettra d’afficher le widget aux visiteurs du site. Ainsi, ces widgets ne se récupèrent pas à un seul endroit sur le web, mais se copient de manière virale entre les membres d’une communauté par exemple. On parle alors de « super-distribution », car chaque utilisateur et aussi un distributeur.

Si la diffusion est décentralisée, les données affichées au sein du widget sont en un seul et même endroit. Cela représente l’un des avantages de ce type de module, car les mises à jour effectuées en un seul endroit sont en quelque sorte répercutées sur l’ensemble des modules installés à travers le web. Ainsi, une information « fraîche » apparaît en multiples endroits au même moment.

Enfin, certains réseaux sociaux proposent des widgets depuis leur site (Facebook, Bebo, Myspace et bien d’autres). On parle alors d’applications, car ces dernières ont la faculté d’accéder aux données contenues dans les profils sur lesquels elles sont installées. Ainsi, « Open social » est un standard adopté par de nombreux réseaux (hormis Facebook) pour le développement de ces applications.

Le widget est certainement l’un des formats les plus pertinents à développer pour un diffuseur souhaitant s’impliquer sur les réseaux sociaux : Il est protéiforme, multi formats, à diffusion virale, interactif et centralisé … Ainsi, des widgets à succès peuvent être installées plusieurs millions de fois sur un réseau comme Facebook qui compte tout de même plus de 20000 applications de ce genre.

6 mai 2008
Pin It

Screencast : Comprendre les réseaux sociaux

 

TRANSCRIPTION : Les réseaux sociaux sont inspirés par la « théorie de 6 degrés » qui veut que chaque individu soit à six intermédiaires de toute autre personne sur la planète. Leur principe de fonctionnement s’inspire des sites de rencontre et les sites de retrouvailles de camarades de classe. Ainsi, ces réseaux permettent de mettre en relation des personnes entre elles et créent ce que l’on appelle des « graphes sociaux » qui représentent les liens qui s’établissent entre chaque individu d’une communauté.

Ces services relient entre elles des pages personnelles qui sont des sortes de vitrines virtuelles ou les personnes représentent ce qu’elles sont ou ce qu’elles font. Les principes de base étant premièrement de se représenter et deuxièmement de partager. Cette représentation s’effectue par la mise en ligne de données plus ou moins personnelles : l’identité, les goûts, les amis, les opinions, des contenus numériques… Les finalités de la représentation sont variées : Recherche de partenaires, d’amis, de visibilité, d’employeur, de clients…

Les principales fonctions de ces réseaux sont

  • la création d’une page contenant ces informations personnelles
  • la messagerie interne entre les membres
  • les groupes de discussion
  • la possibilité de mettre en ligne des photos, musiques ou vidéos, des jeux, des quiz
  • la possibilité également de créer des listes de contacts
  • la possibilité de connaître les dernières actions de ses amis sur le réseau.

Chaque site possède ensuite des fonctionnalités qui lui sont propres et une philosophie particulière.

De nombreux réseaux existent et chacun s’adresse à un public donné. Les services plus importants comptent plusieurs dizaines de millions de membres. D’autres services dits de niche s’adressent à un public plus ciblé autour d’une communauté, d’une pratique, d’une passion, d’une tranche d’âge, d’une zone géographique…

Depuis 5 ans L’engouement croissant pour ces nouvelles communautés virtuelles est un fait marquant notamment auprès des jeunes adultes et des adolescents. De l’autre côté, les sites de partages en ligne, les communautés de blog intègrent des fonctionnalités (dites) « sociales » entre leurs membres et élargissent un peu plus le périmètre des réseaux sociaux.

Une étude anglaise de 2008 du cabinet « Entertainment Media Research » menée auprès de 1608 personnes révèle que la moitié des garçons ayant entre 15 à 25 ans utilisent ces services. Et la proportion monte jusqu’au 2/3 chez les filles de la même tranche d’âge.
Ainsi selon cette même étude le temps passé sur les réseaux sociaux, l’est au détriment du temps passé devant des médias plus classiques tels que la télévision ou la presse.

Devant l’explosion du nombre de services où chacun développe ses propres réseaux propriétaires des standards commencent à faire leur apparition à l’instar « d’ open social » ou de « data portability ». Apparaissent également des services d’agrégation sociale qui permettent de gérer transversalement sa présence sur différents services.

Les entreprises et les marques ne sont pas tenues à l’écart des réseaux sociaux et peuvent de plus en plus souvent y avoir accès pour promouvoir de façon plus ou moins transparente leurs produits. Les services éditeurs de réseaux sociaux en recherche de financement et de rentabilité favorisent les initiatives marketing. Mais les pratiques de communication de marque sont participatives, individualisées et transparentes.